Par arrêtés pris par le ministre togolais de la fonction publique, du travail et du dialogue, Gilbert Bawara, le lundi 25 avril 2022, vingt six (26) des enseignants sanctionnés pour avoir participé à un mouvement de grève ont été rétablis dans leur fonction. Plusieurs d’autres achevés par des sanctions.

Alors que certains enseignants grévistes retournent à leurs postes, plusieurs d’autres perdent définitivement leurs places. ils ont été révoqués de la fonction publique, pour «manquements graves aux lois, règlements et aux normes d’éthique et de déontologie régissant les fonctionnaires. Notamment des actes d’incivisme notoire, d’incitation à la violence, à la désobéissance et à la révolte ainsi que des agissements à eux imputables ayant entrainé des perturbations et troubles en milieu scolaire et dans certaines localités »

Depuis quelques semaines, le syndicat des enseignants a déclenché une grève. Suite à un rapport produit par le conseil de discipline, plus d’une centaine de ces enseignants grévistes, stagiaires comme fonctionnaires ont été renvoyés de la fonction publique par leur ministre de tutelle, fin mars dernier par arrêté. Lundi dernier, 22 enseignants titulaires et 4 stagiaires sont rétablis dans leur fonction par un arrêté signé par le ministre Gilbert Bawara.

Par un autre arrêté en date de ce même lundi, plus de 100 enseignants des sanctionnés sont licenciés pour avoir observé cette grève jugée <<illégale>>. Outre ces derniers, 26 autres professeurs de collèges d’enseignement général sont « temporairement exclus de leur fonction pour une durée de trois mois sans traitement pour manquements professionnels ».

Ce mardi 26 avril, le gouvernement par le biais du ministère de la fonction publique, du travail et du dialogue a lancé un concours de recrutement de 3000 enseignants fonctionnaires régionaux. Une initiative pour combler le vide laissé par les licenciés.