Rate this post

Lomé a abrité le samedi 14 avril 2018 une réunion extraordinaire des chefs d’États de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en vue de trouver une solution à la crise en Guinée Bissau et d’explorer les voies et moyens pour une paix durable dans d’autres pays membres de l’organisation en crise dont le Togo.

Parlant de ces pays en crise, la dizaine de chefs d’État de l’organisation arrivée vendredi 13 avril 2018 dans la capitale togolaise dans le cadre de ce sommet extraordinaire, a appelé les acteurs à s’abstenir de tout acte de violence et à privilégier la paix dans la sous région.La CEDEAO accorde une attention particulière à la situation qui pré-vaut en Guinée Bissau et par l’entremise du président en exercice de l’organisation sous régionale, le chef de l’État togolais Faure GNASSINGBE, des émissaires ont été envoyés à plusieurs reprises dans ce pays pour une médiation entre les protagonistes de ce pays en vue d’un consensus.Les Chefs d’État de l’organisation ont débattu à huis-clos de la situation en Guinée-Bissau et ont procédé au bilan de la mise en œuvre des différents accords signés entre les protagonistes de la crise de ce pays.Il a été convenu de ce huis-clos qu’un envoyé sera dépêché sur place à travers une mission jusqu’au 30 juin 2018 pour essayer de rapprocher les positions des protagonistes de la crise dans ce pays.Outre les sujets liés à la situation sociopolitique en Guinée Bissau et dans d’autres pays membres, le communiqué ayant sanctionné les travaux s’est également intéressé au cas du Togo et a annoncé que la conférence des chefs d’États et de gouvernement de la CEDEAO a décidé de renouveler sa confiance aux Présidents Nana Akufo-Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée pour la poursuite de la facilitation au Togo.Des propositions de recommandation ont été sollicitées de la part des Chefs d’État pour une sortie de crise lors du prochain sommet de l’organisation en juin 2018.Le sommet a enfin clôturé sur une note des présidents et chefs de gouvernement qui ont solennellement appelé toutes les parties impliquées dans la crise togolaise à s’abstenir de tout acte de violence.

Par Olivier KPONSOU

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here