Rate this post

Si l’année 2016 a été difficile pour l’Administration des douanes béninoises en termes de recouvrement des recettes au profit du Trésor Public (303 milliards de FCFA mobilisés) dans un contexte de ralentissement des activités économiques dans la sous région, l’adoption d’une nouvelle politique douanière et la mise en œuvre de plusieurs réformes en 2017 lui ont permis de relever cette tendance baissière des recettes notée depuis 2015.

L’amélioration des recettes douanières est donc un L’amélioration des recettes douanières est donc un
pari gagné pour le tandem WADAGNI – SACCA BOCO

Une performance remarquable en 2017malgré la crise économique mondiale 2017.Nommé Directeur Général des Douanes et Droits Indirects par intérim le 25 janvier 2017 par arrêté ministériel, le jeune commandant des Douanes, Charles Inoussa SACCA BOCO a été confirmé le 13 avril 2017 en Conseil des Ministres. Ce choix très audacieux et très ambitieux du Gouvernement du Nouveau Départ s’est révélé très tôt positif par les nombreuses visites de travail du tout nouveau Directeur Général avec son homologue des Douanes nigérianes afin de trouver d’une part des solutions aux difficultés qui entravent la libre circulation des personnes et des biens entre les deux (02) Etats et d’autre part d’insuffler un nouveau dynamisme à l’intensification des relations bilatérales entre les deux (02) pays.Dans sa volonté d’améliorer les prestations et de redorer l’image de l’Administration des douanes béninoises, le Directeur Général, comptant sur le soutien ferme du Ministre de l’Economie et des Finances, Romuald WADAGNI, a posé les grandes lignes de sa politique qui se déclinent comme suit :- lutte contre les mauvaises exécutions de services et les tracasseries ;- modernisation de l’institution à travers de nombreuses ré-formes ;- maintien de la coopération avec les pays voisins en particulier le Nigéria ;- et enfin, amélioration des recettes douanières pour atteindre, voire dépasser les prévisions budgétaires. La mise en œuvre de cette feuille de route, en parfaite harmonie avec le Programme d’Actions du Gouvernement, a permis d’atteindre un taux de réalisation de 98,23% par rapport aux prévisions du Fonds Monétaire International (FMI), soit un dépassement de 24 milliards par rapport à 2016.L’amélioration des recettes douanières est donc un pari gagné pour le tandem WADAGNI- SACCA BOCO. Pourtant, rien ne laissait présager de telles performances dans un contexte marqué par une crise économique mondiale aux nombreuses conséquences et une instabilité historique à la tête d’une Administration aussi sensible (cinq (05) Directeurs Généraux des douanes en 8 mois).Les douanes béninoises au cœur des réformesLes douanes des réformes.Depuis une décennie, l’Administration des Douanes béninoises a engagé de nombreuses réformes dans tous les domaines sur la base des plans stratégiques périodiques minutieusement élaborés. Des progrès remarquables ont été enregistrés notamment en matière d’automatisation des procédures de dédouanement avec des efforts appréciables pour améliorer les recettes douanières.Dans la même logique, le Programme de Vérification des Importations (PVI) avait été déployé en 2011, mais suspendu après quelques mois de mise en œuvre à cause d’un certain nombre de dysfonctionnements entre l’Administration des douanes et la société Bénin Control SA. Ce programme revu dans son entièreté, mettant désormais l’Administration des douanes béninoises au cœur du système a été remis en selle en avril 2017.Comme changements notables, la question relative à l’inspection avant embarquement a été supprimée.

En clair, l’intervention de la société Bénin Control, pour ce qui concerne le volet évaluation et classification, se limite à une vérification documentaire à destination. La décision de procéder à une inspection physique des marchandises relève des prérogatives de l’Administration des douanes béninoises. Il est par ailleurs à noter que les intentions d’importation sont désormais levées en ligne, contrairement à 2011 où les usagers étaient obligés de se déplacer vers les locaux de la société Bénin Control pour toutes les formalités. L’objectif visé est de parvenir à une dématérialisation effective et totale de la liasse documentaire. En somme, tous les volets du Programme (le suivi électronique des véhicules d’occasion en transit, la gestion du vrac (gazeux et solide) par la Certification des valeurs et des poids, le tracking des marchandises en transit, le scanning des conteneurs et autres chargements, et la gestion automatisée des Magasins et Aires de dédouanement (MAD), des Magasins et Aires d’Exportation (MAE) et des Terminaux à Conteneurs (TAC)) ont connu une avancée significative dans leur mise en œuvre avec à la clé, une adhésion totale du secteur privé. C’est dans ce cadre que, sur initiative du Directeur Général des Douanes, des Opérateurs Economiques et des sociétés de transit ont été identifiés sur des critères bien définis et récompensés pour leur remarquable collaboration avec l’Administration des Douanes dans la mise en œuvre des réformes.Il est important de souligner que le Port Autonome de Cotonou restait le seul port de la sous région qui ne disposait pas de scanners; ce qui est totalement contraire aux recommandations de l’Organisation Mondiale des Douanes. L’installation des scanners a permis en quelques mois, de noter non seulement une fluidité et une célérité dans la procédure d’enlèvement des marchandises mais aussi de relever plusieurs cas de fraudes.Comme autre réforme non moins importante, on peut noter le déploiement du Contrôle Mobile qui est une application intelligente, développée par les informaticiens de l’Administration des douanes béninoises, qui permet aux Agents des Unités de deuxième ligne de contrôler depuis leurs Smartphones, sur toute l’étendue du territoire national, la régularité des formalités douanières accomplies par les cargaisons et les véhicules en circulation.

Une Administration douanière certifiée ISO.

Sous le leadership de Charles Inoussa SACCA BOCO, l’année 2017 a également été marquée par une réforme majeure : l’engagement de l’Administration des douanes béninoises dans une démarche qualité couronnée par la Certification Iso 9001:2008, devenant ainsi la seule régie financière et la seule force de sécurité publique à être certifiée ISO. C’est l’aboutissement d’un long processus entamé depuis plusieurs mois sous la houlette du Cabinet DEKRA, organisme certificateur et d’audit basé en France. Il s’agit d’une avancée historique, notamment en matière d’éthique et de bonne conduite, ainsi que sur le plan de la qualité de la prestation fournie par l’Administration des Douanes béninoises. Par ailleurs, le site Web des douanes béninoises (www.douanes-benin.net) a été entiè-rement rénové et mis à jour avec l’intégration d’un système de gestion interactive des plaintes. Ceci permet aux usagers de la Douane, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, de disposer facilement et instamment des informations nécessaires pour l’acheminement de leurs marchandises à destination du Bénin.

L’Administration des douanes béninoises est la seule régie financière et la seule force de sécurité publique à être certifiée ISO

Faire de l’Administration des douanes béninoises l’une des plus modernes Faire de l’Administration des douanes de la sous-région à l’horizon 2021Les actions de réformes engagées ces dernières années au sein de l’Administration des douanes béninoises n’ont pas permis d’atteindre la plénitude des objectifs fixés, notamment en matière de célérité dans les opérations de dédouanement et l’accroissement des recettes douanières. C’est pour répondre à toutes ces difficultés qui constituent une entrave à la facilitation des échanges que l’actuel Président de la République, son Excellence

Patrice Guillaume Athanase TALON

L’on, a décidé de faire de ce cette Administration, l’une des plus modernes à l’horizon 2021, pour profiter pleinement de la position stratégique du Port de Cotonou qui constitue sans doute l’un des plus grands hubs de la sous-ré-gion.Pour y parvenir, un état des lieux a été effectué et les résultats ont confirmé l’existence de plusieurs insuffisances qui exigent la refonte du cadre institutionnel et informatique conformément aux prescriptions de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) et de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Il apparaît donc évident et nécessaire de remettre les douanes béninoises sur orbite par des actions visant la remise à niveau des capacités, la révision de l’organisation, la valorisation des services, l’amé-lioration de la communication interne, l’adaptation des procédures à un environnement moderne en constante mutation. En outre, le Guichet Unique des Opérations du Commerce Extérieur (GUOCE) n’ayant pas produit les résultats escomptés, il urge de mettre les douanes béninoises au centre d’un nouveau système capable d’offrir de meilleurs services aux opérateurs du commerce extérieur. Par ailleurs, dans le cadre du renforcement du partenariat Douane/Entreprises, un Programme National des Opérateurs Economiques Agréés est en cours d’élaboration conformément aux prescriptions du Cadre des Normes SAFE de l’OMD. Des benchmarks ont été réalisés auprès des douanes marocaines et ivoiriennes qui se sont rendues disponibles pour accompagner l’Administration des douanes béninoises dans la rédaction de son programme. Des Accords de Reconnaissance Mutuelle entre le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Maroc sont prévus pour être signés en vue d’intensifier cette solidarité qui caractérise le partenariat sud-sud. Enfin, pour mieux maîtriser le flux des marchandises sur le territoire national, sept (07) nouvelles unités douanières ont été créées pendant que trois (03) postes de douane ont été érigés en Recettes.Les perspectives pour 2018. L’année 2018 sera celle de la confirmation des résultats enregistrés en 2017. Cela passera bien évidemment par la poursuite de la mise en œuvre de tous les volets du PVI, l’informatisation du Contentieux douanier, le renforcement de l’Analyse de risque et la mise en place d’un système efficace de lutte contre la fraude douanière.En somme, les quatre (04) prochaines années seront consacrées à la mise en œuvre des réformes institutionnelle et informatique, y compris la création d’un Guichet Unique de Commerce Extérieur (GUCE) pour une réelle dématérialisation des procédures de dédouanement.Le prestataire désigné pour la mise en oeuvre de ces réformes est le groupe WEBB FONTAINE.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here