Accueil / Chroniques / Chronique de Romuald Boko: Et la Sonapra l’emporta…

Chronique de Romuald Boko: Et la Sonapra l’emporta…

Dans la sulfureuse affaire Kota Sempena/Sonapra, affaire faut-il le rappeler, de grosse mafia cotonnière internationale voulant déposséder nos pauvres paysans de 4 milliards de Fcfa, le tribunal de Cotonou vient de débouter la compagnie maritime PIL.
La justice beninoise a montré qu’au-delà de ce qu’on peut lui reprocher, elle reste et demeure une justice forte et que l’odeur de l’argent ne l’influence guère surtout lorsqu’il s’agit de la patrie.

Qu’il vous souvienne que le port de Cotonou a été le théâtre de la saisie par voie d’huissier il y a quelques jours, de deux navires appartenant à deux compagnies maritimes de réputation mondiale, coupables d’avoir livré des milliers de tonnes de balles de coton à un acheteur anglais du nom de PLEXUS, sans lui exiger les pièces attestant le paiement effectif du coton produit à la sueur de notre front.

Mais l’un des deux navires appartenant à une compagnie française a été libéré, cette dernière ayant reconnu sa responsabilité professionnelle et s’étant engagée à rembourser à la Sonapra, la valeur des conteneurs de coton qu’elle a frauduleusement livrés.
Quant à la seconde compagnie, PIL de Singapour, elle a cru devoir bénéficier du soutien de certains apatrides qui lui promettaient de lui obtenir une condamnation par la justice béninoise, de la saisie de son navire KOTA SEMPENA, de la mainlevée de l’huissier et des milliards de dommages-intérêts à payer à cet armateur asiatique.

Mais pour le juge, la créance certaine que détient la Sonapra sur ladite compagnie PIL est entièrement constituée du fait que les marchandises qui lui ont été chargées FOB Port de Cotonou, ont été indûment livrées dans divers Ports de destination, envers et contre les prescription de ses propres BL ou connaissements, délivrés à l’embarquement et qui devraient être retirés contre règlement des factures d’achat, aux guichets de la HSBC BANK PLC de Manchester, banque nommée par l’acheteur PLEXUS, pour l’encaissement de ses paiements.

Bravo donc au Juge Fortunato Kandjegbin qui vient de rendre son verdict en déboutant la compagnie PIL.

A Propos adminrb

Check Also

Chronique de Romuald Boko : Quand Yayi hante Talon

L’escalade de la violence verbale de Talon contre son prédécesseur devant la Présidente de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *