Accueil / Chroniques / Chronique de Romuald Boko: Riche Talon, pauvre peuple

Chronique de Romuald Boko: Riche Talon, pauvre peuple

Dans le concept kantien d’insociable sociabilité humaine, les trois concupiscences -l’appétit des honneurs, l’appétit de pouvoir et l’appétit des richesses- gouvernent aveuglement Patrice Talon et le rendent prisonnier de son égoïsme.

Ces trois appétits quasi-insatiables devenus maîtres de Talon le poussent hélas à devenir réfractaires aux problèmes cruciaux sociaux de milliers de béninois qui ploient sous le joug de la misère et dont le pouvoir d’achat est réduit drastiquement du fait de la politique économique approximative de Talon et de ses économistes.

Combien sont-ils aujourd’hui qui sont étouffés du fait de la pression fiscale démesurée et suicidaires ?
Combien sont-ils au chômage ou qui meurent suite au licenciement abusif, inhumain et injustifié?
Que dire des milliers de perte d’emplois et/ou de perte en vies humaines liées au déguerpissement.

Qu’a t-on fait réellement en 14 mois de gestion?
En dehors de la vulgarisation du PAG et de l’altération des consciences de nos représentants, il faut euphémismer en disant que  le pays a connu une avancée notable dans le domaine de l’affairisme au sommet de l’Etat, de la gabegie outrancière, de rétropédalages, de destruction des acquis socio-économiques, de pillage de deniers publics, d’intimidation et chantage politique, de dégradation de la démocratie, de violation flagrante de la constitution…Bravo donc à la rupture.

De toute évidence, le pays va mal, et très mal et des béninois abusés, terrorisés, traumatisés et bafoués finiront par se révolter contre le régime despotique, clanique  et totalitaire de Talon.

Et le peuple maintenu dans une grande paupérisation s’éveillera un jour. Et comme le prédisait George Orwell: “Ils se révolteront quand ils seront devenus conscients et ne pourront devenir conscients qu’après s’être révoltés”.

A Propos adminrb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *