Accueil / Chroniques / Chronique de Romuald Boko: Le Béninois libéré est libéré

Chronique de Romuald Boko: Le Béninois libéré est libéré

À bord d’un jet privé, ( ce n’est pas mien), je t’écris ce message non pas pour te féliciter comme tout le monde, mais plutôt pour te mettre en garde.
Tu n’es pas le pire de la corporation, mais tu n’es pas non plus le meilleur. Tu n’es ni ange, ni démon.

Mais dans ton style particulier, satirique et ironique, tu as cette manie d’accrocher tes lecteurs qui ont soif de revoir ton tabloïdes “conçu comme un journal mais en mieux” suspendu du fait de la politique. Ils ont voulu t’enterrer mais ils ont oublié que tu étais une graine. Alors tu as réussi à sortir ta tête de l’eau à travers les réseaux sociaux.

cher ami Takou, te voilà à nouveau avec ton journal. Tu l’as réclamé à cors et à cris. La cour suprême vient de te le rendre. Prends en soin.
Sois moins provocateur;
ne cherches jamais le mal d’autrui;
ne deviens jamais le bourreau de quelques hommes politiques;
Ne te venges point;
A Dieu la vengeance;
A Dieu la rétribution des âmes.
Avec la dépénalisation, tu auras de lourdes amendes à payer;
Ils t’attendront sur ce point là.
Ne comptes pas trop sur tes réseaux exotériques.
Car là-bas, il est interdit d’interdire.

Retiens ceci. Ni Yayi ton ami-ennemi, ni Talon ton ennemi-ami, ni personne ne t’aimera avec ta gâchette désormais en main.

Avec Eric Tchiakpè, chantez les louanges, dansez le tikpinti , buvez du vin rouge cuit et sablez le bon champagne. Mais n’oubliez pas que le plus dur commence maintenant.
Je te souhaite un bon usage dans le juste et bon milieu.

A Propos adminrb

Check Also

Chronique de Romuald Boko : Quand Yayi hante Talon

L’escalade de la violence verbale de Talon contre son prédécesseur devant la Présidente de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *