Rate this post

Les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure sont quasiment les seuls à gérer convenablement l’élimination de leurs déchets. Dans les pays à faible revenu, 93 % des déchets sont brulés ou abandonnés sur des routes, des terrains à découvert ou dans des cours d’eau (a), contre 2 % seulement dans les pays à revenu élevé.

À l’échelle mondiale, les déchets solides contribuent au changement climatique et constituent l’une des plus importantes sources de pollution des océans. Selon le rapport intitulé What a Waste, en 2016, la planète a produit 242 millions de tonnes de déchets plastiques, soit 12 % du volume total des déchets solides. Le plastique représente environ 90 % des déchets flottants sur les océans, dont 62 % sont constitué d’emballages de boissons et d’emballages alimentaires. Bien qu’il soit produit en quantité industrielle depuis une soixantaine d’années seulement, le plastique mettra plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, avant de disparaître. Le rapport fait observer que « même si les déchets plastiques étouffent nos océans, notre consommation de plastique ne fait qu’augmenter. Des villes et des pays se développent sans avoir mis en place des systèmes capables de gérer l’évolution de la composition des déchets produits par leurs habitants ».

La gestion des déchets peut coûter cher. En moyenne dans le monde, les autorités locales ne peuvent couvrir que 50 % des coûts d’investissement nécessaires à la gestion des ordures ménagères. Près de la moitié des opérations sont fournies par le secteur privé, des organisations à but non lucratif et la société civile, ce qui laisse une grande marge de manœuvre pour la recherche de financements et de partenariats.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here